Sélectionner une page

Contexte : 

L’égalité entre les femmes et les hommes est un combat qui se gagnera par des avancées concrètes. Nous, entrepreneurs et dirigeants, estimons que nos entreprises ont un rôle historique à jouer dans cette cause essentielle.

Alors que l’Espagne a adopté en Avril 2019 une loi portant le congé paternité à huit semaines, alors que partout en Europe, des Pays-Bas à la Roumanie, la tendance est à l’allongement du congé paternité, la France, parce qu’elle reste attachée dans sa législation sociale à une division sexuée, est en retard sur la question du congé parental partagé.

La conséquence, c’est que l’essentiel de la charge, qu’elle soit mentale, sociale ou professionnelle, repose sur les femmes. Or les habitudes au moment de la naissance de l’enfant se répercutent ensuite toute la vie.

302 

entreprises signataires

35 686 

salariés impactés

Nos engagements :

Parce que l’entreprise doit être par excellence le lieu de l’équité dans le traitement des femmes et des hommes, et parce que cela commence concrètement avec la question de l’arrivée d’un enfant.

Au sein de notre entreprise, nous nous engageons à aller plus loin sous la forme d’un congé second parent rémunéré d’une durée minimale d’un mois.

Ce dispositif concerne le second parent, quels que soient son genre et son statut, car notre société évolue et que les modèles de famille sont aussi variés que riches et divers.

Ce dispositif portera sur une période d’un mois minimum, bien au-delà des onze jours légaux, car nous estimons que c’est là le délai minimal pour accueillir un enfant et ancrer des habitudes familiales équilibrées et équitables.

Ce dispositif sera rémunéré à 100 %, car il est important que les moyens financiers ne soient pas un élément déterminant pour être un parent présent.